Pompe à chaleur

Grâce aux pompes à chaleur (air /eau et eau / eau), bénéficiez d'une TVA à 5,5% et jusqu'à 30% de crédit d’impôt.

Les énergies produites par le soleil, la terre, l'air et l'eau représentent une source inépuisable et gratuite.
Optez pour les énergies renouvelables et réalisez des économies tout en faisant un geste pour l’environnement.
Avec la pompe à chaleur, vous utilisez une énergie naturelle écologique qui limite les gaz à effet de serre et préserve ainsi notre environnement et celui des générations à venir.
L'installation d'une pompe à chaleur se fait soit à la construction, soit dans le cadre d'une rénovation. Elle peut remplacer une chaudière de chauffage central, alimenter un plancher chauffant, des radiateurs ou remplacer des radiateurs électriques.

Fonctionnement d’une pompe à chaleur (PAC)
Le fonctionnement d’une pompe à chaleur peut se résumer ainsi : les calories de l’environnement (air extérieur, eau au sol) sont captées par un échangeur dans lequel circule un fluide. Celui-ci cède ses calories à un autre échangeur, l’émetteur. Le fluide « refroidi » repart vers la source de prélèvement pour y être à nouveau réchauffé.
Dans les conditions de fonctionnement optimales, une PAC peut fournir de 3 à 4 kWh de chauffage pour 1 kWh d’électricité consommé. Les économies ainsi réalisées sur la facture de chauffage peuvent atteindre 75% par rapport au chauffage électrique classique.

La chaleur peut être captée dans l'air (aérothermie) ou dans le sol (géothermie).

Pompe à chaleur aérothermique

Pompe à chaleur aérothermique (air/eau)

La pompe à chaleur aérothermique à l’avantage de pouvoir s’adapter à tout type d’habitat.
Simple d’installation, elle s’intègre facilement à l’habitation. La pompe à chaleur peut-être placée à l’extérieur ou à l’intérieur de l’habitation.
La chaleur est restituée dans votre logement par l’intermédiaire d’un plancher, ou des radiateurs basse température (de préférence).
Une pompe à chaleur utilisant le principe de l’aérothermie prélève de la chaleur naturelle présente dans l’air ambiant (même l’hiver) pour restituer ces calories dans l’habitation.

Pour refroidir, le cycle est inversé : les calories absorbées par le fluide frigorigène à l’intérieur de l’habitation sont restituées à l’extérieur.

Pour obtenir les meilleures performances il est préférable d’avoir :
• Une installation de chauffage basse température, c'est à dire une eau circulant dans les radiateurs ou le plancher chauffant à moins de 55 ° C. Il existe néanmoins des pompes à chaleurs haute température (75°C) plus coûteuses et moins performantes.
• Un appoint afin de pallier aux très basses températures de l'hiver (électrique/chaudière existante). Lorsque la température extérieure avoisine les -10°C, les PAC air/eau deviennent inopérantes. Statistiquement, la chaudière de relève ne fonctionnera pas plus d'un mois par an.

Pompe à chaleur géothermique

Capteurs pour pompe à chaleur géothermique

Pompe à chaleur géothermique (eau/eau)

Une pompe à chaleur utilisant le principe de la géothermie prélève de la chaleur naturelle présente dans le sol ou l’eau de la nappe phréatique.
La configuration du terrain et la nature du sol déterminent le type de captage le mieux approprié. La longueur des capteurs extérieurs dépend de la surface à chauffer. La chaleur est restituée dans votre logement par l’intermédiaire d’un plancher, ou de radiateurs.
La pompe à chaleur géothermique puise et valorise les calories du sol grâce à des réseaux de capteurs enterrés :
• Capteurs horizontaux : enterrées à une profondeur de 0,6 à 1,2m. A l'intérieur des boucles circule le fluide caloporteur. Nécessite une surface de jardin au moins égale à 1,5 à 2 fois la surface à chauffer.
• Capteurs verticaux : une à deux sondes thermiques sont enterrées à une profondeur de 50 à 100m. On y fait circuler du fluide caloporteur en circuit fermé.
Ce type d’équipement apporte d’excellents rendements quel que soit la température extérieure, et nécessite très peu d'entretien.